Archives de Catégorie: Bandes-dessinées

Un peu de légèreté, ça fait du bien aussi. Entre Margaux Motin et Pénélope Bagieu, les trentenaires retrouvent le sourire !

josephine-3

Dans les deux premiers volumes, Joséphine accumule les échecs sentimentaux, vit avec Brad Pitt, son chat…bref elle tend vers la déprime.

Mais Joséphine « change de camp » en trouvant un mec…Enfin !

Pénélope Bagieu nous raconte cette nouvelle vie toujours avec humour ! C’est toujours aussi désopilant de voir un personnage qui parfois fait écho à notre propre vie.

En résumé : une BD de fille pour les filles ! 


En farfouillant dans les casiers BD du CDI, je trouve une BD dont le titre m’intrigue Les Ignorants. Beau format, la BD donne envie d’être lue.

ignorants_davodeau

L’histoire met en scène deux personnages, l’auteur et un de ses amis, un viticulteur. Double récit d’apprentissage, cette BD nous fait entrer dans le magnifique monde des viticulteurs. Quand l’auteur de BD découvre le monde rude et beau du vin, le viticulteur fait la découverte de celui de la BD : deux univers apparemment très éloignés mais qui se révèlent au fil des planches très proches.

MEP_IGNORANTS.indd

Les planches sont magnifiques et à la lecture, je n’ai qu’une envie : aller me balader dans les vignes !

C’est en néophyte que je vous parle de BD et pourtant je sens que je tiens entre mes mains une belle BD qui fera un très beau cadeau pour certains de mes amis – amateurs de vins et de BD.

En résumé : farfouiller dans les casiers BD du CDI, c’est souvent source de belles surprises. 


Voici un de mes cadeaux d’anniversaire ! J’ai attendu quelques temps avant de m’y plonger. A vrai dire, je voulais le lire avant d’aller voir La vie d’Adèle, film librement inspiré de la BD.

L’histoire de cette BD est celle de l’amour, du désir, de la passion qui ne connaît pas de sexe puisque Clémentine, lycéenne, tombe amoureuse d’Emma, la fille aux cheveux bleus, l’étudiante des Beaux-Arts.

BLEU

Cette BD montre la force de l’amour et du désir qui va au-delà des règles sociales, des conventions, et qui est tel un flot emportant tout sur son passage.

Construite sur un procédé d’analepse – retour en arrière – la BD nous raconte en bleu l’histoire de ces deux femmes.

Le travail sur le bleu dans cette BD est très intéressant et même si elle semble facile à lire et à comprendre, elle soulève des questions que le lecteur – notamment adolescent – peut intérieurement se poser.

En résumé : un beau cadeau ! (depuis la lecture de la BD, j’ai vu le film, palme d’or à Cannes et j’ai notamment remarqué le travail du réalisateur autour du bleu. Mais la BD est bien plus intéressante, notamment dans le travail des scènes de sexe…)


Ce titre de BD me met la puce à l’oreille- c’est purement et simplement de la déformation professionnelle ! Comment ne pas penser à Emma Bovary ? ça me donne même une idée de cours !

gemma

La référence est évidemment volontaire puisque l’anglaise Gemma Bovery est une trentenaire qui épouse Charly, un homme divorcé et prend un amant. Comble de la référence littéraire : l’intrigue se déroule en grand partie en Normandie !

Grâce au narrateur – le boulanger du petit village où vit Gemma – le lecteur fait constamment le va et vient entre la référence flaubertienne et la fiction de Gemma Bovery, surtout quand le boulanger croit que la fiction devient réalité !

La BD est riche en images mais surtout en textes et cela, je ne peux que l’apprécier !

Evidemment, cela m’a donné quelques idées de cours et surtout j’ai beaucoup aimé cette intrigue qui repose sur la mise en abyme et le retour en arrière (oui oui, je mets du charabia d’analyse littéraire, sorry !)

En résumé : une réécriture intelligente d’un classique ! 


Quand je lis un roman, une BD, j’ai toujours avec moi un petit carnet où je note les titres évoqués dans l’œuvre et que j’aimerais bien lire et le jeu préféré des auteurs est souvent de citer leurs lectures fétiches à travers leurs fictions.

En lisant Margaux Motin, je découvre le titre d’une BD, Esthétique et filatures (interdite au moins de 16 ans – et comme j’ai largement dépassé les 16 ans, je peux la lire !)

tanxxx

Elle associe sexe et humour noir dans un graphisme tout en noir et blanc. C’est la rencontre entre deux jeunes filles que tout oppose mais qui vont s’associer pour repartir vers une nouvelle vie.

Plongée immédiate dans un univers transgressif – celui de la pornographie, de la prostitution, de la bisexualité sans pour autant tomber dans la vulgarité, voici le programme de cette BD.

En résumé : plutôt sympa d’élargir mon champ des BD !

 

 

 


Voici un bien joli cadeau d’anniversaire : le dernier Margaux Motin !

tectonique

Dans ce dernier opus, le même coup de crayon mais en encore mieux et surtout une nouvelle partie de la vie de l’illustratrice : la séparation, l’après séparation, la reconstruction. Tout un programme !

Toujours avec humour et justesse, Margaux Motin nous plonge dans l’univers de la mère séparée, de la femme désespérée, de la trentenaire angoissée à l’idée de se recaser.

En résumé : j’adooooooooooooooooooooooooore !!!!!!!!!!!! Il arrive quand le prochain opus ?!


Quand on lit une BD de Margaux Motin, on a envie de toutes les lire et les relire ! J’ai succombé à la tentation avec J’aurais aimé être ethnologue !

J-aurais-Adore-etre-Ethnologue

C’est un concentré de fous rires ! Le trait est juste et même si je ne suis ni illustratrice ni maman mais je me suis reconnue dans de multiples situations !

Et surtout, je suis fan de l’humour de Margaux Motin – certes son humour est souvent en dessous de la ceinture mais honnêtement j’adore et cela m’a bien fait rire !

En résumé : une baisse de moral ? un bon verre de vin, du chocolat et un Margaux Motin, voilà le trio gagnant pour retrouver le sourire !!!!