J’ai un peu abandonné mon blog depuis quelques mois mais je n’ai pas oublié la lecture. Bien au contraire ! C’est d’ailleurs grâce à mon blog (et à Babelio) que je découvre de nouvelles lectures et c’est avec une immense joie que j’ai reçu en avant première le roman de Véronique Mougin Où passe l’aiguille.  J’avais découvert cette auteur à travers son premier roman Pour vous servir et cette fois je la découvre à nouveau avec l’histoire de son cousin.

Où passe l’aiguille est l’histoire d’une vie, celle de Tomi mais cette vie qui semblait s’annoncer comme banale va se révéler, au fil des pages et des aventures, extraordinaire. Son histoire débute en Hongrie, à l’aube d’une période sombre de l’Histoire. Tomi, jeune garçon rebelle et insouciant, va être confronté à la violence de la grande Histoire. Mais parfois dans la violence, la douleur et la souffrance naît un destin remarquable.

J’ai plongé dans l’histoire de Tomi suivant le fil que me tendait Véronique Mougin. Je l’ai suivi dans ses souffrances, dans sa solitude, sa peur mais aussi dans sa persévérance, son courage. J’ai vu l’Histoire faire naître l’histoire inattendue de Tomi en pensant que derrière la fiction de l’auteure se cachait dans les plis romanesques une histoire vraie et j’ai été admirative face à cette capacité à relever la tête, encore et encore. Ce roman est non seulement un bel hommage à celui qui a inspiré « Tomi » mais aussi aux métiers de la couture, à ces mains qui créent et qui ne sont pas sans rappeler celles qui écrivent.

Je recommande donc cette lecture qui sera bientôt possible pour tous puisque Où passe l’aiguille parait le 31 janvier aux éditions Flammarion.

Publicités