Quand on aime, on en  redemande et je suis bien contente que Kim m’ait prêté deux romans d’Indridason qui sont toujours pour moi de bons moments de lecture.

la femme en vert

Cette fois, le commissaire Erlendur doit comprendre d’où vient ce squelette découvert sur une colline de Reykjavik. Cette enquête plonge le lecteur au cœur de la Seconde Guerre Mondiale et dans une sordide histoire de famille. Tout semble réunit pour faire un bon polar…

J’ai bien apprécié l’alternance entre l’histoire de cette famille durant la Seconde Guerre Mondiale et l’histoire de l’enquête. Cependant, cette alternance ne livre pas pour autant la clé de l’intrigue dès le début et c’est ce qui m’a plu car peu à peu la tension monte ! Le suspens et le moment ultime de la révélation sont maintenus jusqu’au bout !

En résumé : Indridason, j’en redemande encore !!! 

Publicités