Valeur sûre du polar, Indridason bouscule le lecteur et surtout ses fidèles lecteurs en déplaçant le cursus de lecture. Cette fois, c’est l’inspectrice Elinborg qui mène l’enquête et non le commissaire Erlendur.

indridason

Voici le début de l’histoire : Runolfur, un jeune homme rencontre dans un bar une jeune femme (pour l’instant, rien de plus normal !) qu’il drogue pour arriver à ses fins (dès les premières pages, le sordide apparait…). Mais le lendemain, Runolfur est retrouvé mort chez lui. Seul indice : un châle. Qui l’a tué ? sa victime ?

J’ai bien aimé ce polar – comme tous ceux d’Indridason- car comme à chaque fois, les intrigues se croisent pour mieux se retrouver et surprendre le lecteur.

Mais le réel point fort de ce roman est le changement d’enquêteur. Le point de vue d’une femme, sa sensibilité donnent un autre éclairage aux intrigues d’Indridason. Et cela m’a permis de découvrir un peu plus le personnage d’Elinborg.

En résumé : je valide et je recommande pour les amateurs de polar ! 

Publicités