Après avoir lu, adoré, recommandé le sublime Club des incorrigibles optimistes, j’avais hâte de découvrir le nouveau  roman de Guenassia intitulé La vie rêvée d’Ernesto G.

7753065985_la-vie-revee-d-ernesto-g-de-jean-michel-guenassia

Après le Paris des années 50, Guenassia nous projette à travers l’Europe, les colonies, les guerres, le communisme…Le héros de ce roman est Joseph Kaplan, jeune Pragois qui, tel un héros des romans picaresques, va parcourir le monde : Paris, l’Algérie, Prague, côtoyant de près ou de loin les événements historiques tels que la Seconde Guerre Mondiale, le printemps de Prague, les actions du Che…Mais l’histoire de Jospeh Kaplan est avant tout l’histoire d’un homme, de ses rencontres amoureuses, de sa famille, de la perte des êtres chers et des retrouvailles inattendues.

Après le formidable Club des incorrigibles optimistes, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire de Jospeh Kaplan. Peut être est-ce dû aux déplacements du personnage principal ? Peut être que le héros est moins attachant que Michel ? Cependant si les débuts furent un peu difficiles, au fil des pages, j’ai plongé avec plaisir dans cette intrigue qui peint l’apprentissage d’un homme qui se construit en même temps que ce construit l’histoire du XXe siècle.

J’ai bien aimé le clin d’œil de l’auteur à ses lecteurs du Club des incorrigibles optimistes qui à travers cette petite allusion remercie la fidélité de ceux qui le lisent.

En résumé : un bon roman, riche en histoires et en personnages !

Publicités