En farfouillant sur un réseau social, j’ai découvert ce titre, vivement conseillé par plusieurs lecteurs. Direction la médiathèque pour emprunter le roman Quatre sœurs. Et je découvre qu’il s’agit d’un récit pour la littérature de jeunesse, éditée à l’Ecole des Loisirs – valeur sûre et gage de qualité au demeurant.

couverture-quatre-soeurs

Le titre évoque pour moi l’histoire des Quatre filles du docteur March, histoire que j’avais adorée dans ma jeunesse et j’espère retrouver dans ce roman l’ambiance de ces grandes histoires de famille où les filles et les femmes ont la part belle.

Dans Quatre sœurs, c’est finalement l’histoire de cinq sœurs : Charlie, l’aînée, Geneviève, Hortense, Bettina et Enid dans la maison familiale de Vill’Hervé. Ces cinq sœurs vivent ensemble depuis l’accident mortel de leurs parents et le récit de Malika Ferdjoukh, c’est les histoires de ces cinq filles – jeunes filles, jeunes femmes – de leurs problèmes domestiques, de cœur, de leurs joies, leurs peines, leurs secrets.

Ce récit en quatre saisons fait plus de 600 pages et pourtant difficile d’en sortir tant l’atmosphère et la vie à Vill’Hervé sont prenantes. Je me délecte des aventures de cette famille originale.

J’ai beaucoup aimé les relations entre les personnages, la pudeur des sentiments entre les sœurs mais le plus plaisant est sans nul doute les histoires que vivent les personnages de ce roman. Parfois rocambolesques, souvent touchantes, ces histoires sont contées avec qualité.

En résumé : de la littérature de jeunesse qui donne envie de perdre quelques années. A recommander même aux adultes !

Publicités