Après avoir lu Le Prince de la brume et L’appel de l’ange, j’avais été déçue par les romans de Carlos Ruiz Zafon, enfin surtout après le sublime roman L’ombre du vent (à lire,si vous ne l’avez pas encore fait !). Laissons lui une chance avec Marina !

Retour à Barcelone dans les années 1980 : Oscar, un jeune pensionnaire, découvre une maison où vit la belle et jeune Marina avec son père. Ils se lient d’amitié et Oscar tombe amoureux de Marina. Mais la mort rôde. Elle prend la forme d’un papillon noir, de pantins quasi humains, d’une femme voilée de noir… Elle est là, mettant en péril la relation entre Marina et Oscar tout en la rendant plus forte.

Comme toujours dans les romans de Carlos Ruiz Zafon, le fantastique, le diable et Barcelone sont au rendez-vous. Si dans les deux derniers romans lus, je n’avais pas accroché aux histoires proposées par l’auteur, cette fois, c’est différent. Certes on retrouve les ingrédients habituels et cela pourrait être lassant mais dans Marina, les artifices romanesques sont , je trouve, moins visibles.

L’histoire d’amour et d’amitié entre Marina et Oscar occupe le premier plan et on a envie de savoir si ces « Roméo et Juliette » barcelonais succomberont ou pas à la mort qui rôde et qu’ils provoquent de façon un peu inconsciente.

J’ai donc pris plaisir à lire cette histoire qui est tant pour les adolescents que pour les adultes.

En résumé : un roman qui me réconcilie avec les romans de Carlos Ruiz Zafon.

Publicités