De temps en temps, j’aime bien lire un Coben. Cela me permet de passer une après midi de suspens et de rebondissements.

Dans la pile que Géraldine m’a prêtée se trouve Faute de preuves. Me voilà donc partie pour une après midi de suspens.

L’histoire est évidemment axée sur une enquête. Cette fois, c’est Wendy, journaliste dans une émission de télé-réalité qui après avoir piégé Dan, un prédateur sexuel, se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond dans toute cette histoire. Tout accable cet homme, un peu trop même ! Elle se lance donc dans une enquête qui vise à innocenter Dan ou du moins à comprendre les parts d’ombre de cette histoire. Mais en ouvrant la porte du passé de Dan, Wendy risque fort de découvrir des secrets enfouis qu’il ne fallait pas déterrer…

L’histoire est encore une fois marquée par de multiples rebondissements et lorsque l’on ouvre une porte, trois autres semblent s’ouvrir en même temps, multipliant les pistes, les indices et les pièges !

Cependant, j’ai finalement moins apprécié ce roman que les autres de cet auteur. L’histoire m’a moins emballée, le personnage de Wendy m’a paru moins intéressant que les enquêteurs précédents et j’ai trouvé le final un peu décevant comparé aux romans précédents. Lassitude ? Sujet moins abouti ?

En résumé : toujours une écriture à suspens et rebondissements mais une intrigue moins attirante. Un peu déçue donc….

Publicités