La rue des Paradoux, à Toulouse, regorge de restaurants. Au numéro 7 se trouve le point d’ogre, un restaurant qui est là depuis une vingtaine d’années.

Le cadre est authentique : sur les murs en pierres rose, trônent d’anciennes affiches publicitaires (la Vache qui rit,…), de nombreux et anciens objets de cuisine. Les murs en brique toulousaine sont recouverts d’un univers qui évoque une cuisine traditionnelle.

En apéritif, on nous propose le vin cuit de la maison mais j’opte pour un Gaillac moelleux (le prix du verre est un peu élevé comme je le constate au moment de l’addition : 7€…) qui est bon et fruité.

La formule du point d’ogre est originale. On ne choisit pas l’entrée, c’est la même pour tout le restaurant mais restent au choix du client le plat et le dessert (si on a encore de la place pour en prendre un !)

En entrée, la serveuse nous apporte un panier campagnard garni de crudités (carottes, chou fleur, tomates cerise, radis) et de charcuteries (boudin, chorizo, saucisson et saucisse de foie). Une planche à découper permet au client de déguster autant qu’il le désire les produits proposés. Une tapenade verte, une aïoli et une confiture d’oignons, le tout maison, sont également proposées. On nous apporte un délicieux pain de campagne dans un petit seau.  Toujours dans l’esprit « terroir », on nous sert un bouillon de canard à boire bien chaud :hummmm, le goût des bouillons que font mes grand-mères me revient instantanément.

On grignote tranquillement notre entrée mais sans s’en rendre compte, on se remplit déjà l’estomac. Evidemment, on ne finira pas le panier mais la formule est très sympa et les produits sont bons. Un point fort dans cette entrée : l’aïoli, très bonne, qui ne coupe pas pour autant le goût des autres produits.

En plat, le restaurant propose de la viande : magret de canard, côte de bœuf, rognons,… Le serveur nous explique chaque plat et les cuissons choisies et tout donne envie. Nous notons notre choix sur une ardoise.

En plat, nous choisissons l’échine de porc noir (26€). La cuisson est rosée contrairement à un porc « classique » et l’assiette qui arrive est conséquente pour ne pas dire énorme. La viande est délicieuse, elle fond dans la bouche et est très savoureuse. La roquette posée sur la viande apporte une note de fraîcheur. En accompagnement – le même pour tous les plats- on nous sert un écrasé de pommes de terre avec ses gousses d’ail. L’écrasé n’est pas du tout marqué par le goût de l’ail et est lui aussi fondant en bouche. Très bon accompagnement même s’il  est très simple.

Le plat est tellement copieux que je le termine avec peine et que je n’ai plus de place pour le dessert. Dommage…car les desserts sont très alléchants (7€) :

–          Crème brûlée au caramel beurre salé

–          Quenelles de fondant au chocolat

–          Brioches perdues et son caramel beurre salé (le dessert du mois)

–          Baba au vieux rhum

Le restaurant propose aussi un café gourmand pour 5€.

En résumé : un restaurant authentique avec de très bons produits. Une formule originale et conviviale à faire à deux ou en groupe. Bon point : un service très sympathique et souriant.

7 Rue Paradoux  31000 Toulouse

05 61 25 53 54

Publicités